Une Formation qui ne dit pas son Nom : Épisode XVI & Fin

Mazel Tov !!

Nous sommes parvenus à boucler la boucle, à remonter la pente (rien à voir avec ce pauvre Sisyphe même si…), à atteindre la ligne d’arrivée, et comble de l’ironie, ce cours porte sur Git !
Le jour où Microsoft annonce le rachat de Github à hauteur de 7,5 Milliards de $, un cours sur Git…

“Bon alors comme le cours est tout pourri, on va faire quelque chose autour de GitLab…” dixit l’intervenant (qui se reconnaîtra)…
Git, on en avait déjà eu un aperçu dans les premières semaines de cette auto-télé-non-formation, là nous entrons de plain-pied dans le dépôt de contribution, le panier à script, la source de l’open, le coffre aux merveilles (Merci Linus 🙂 ).

Alors ce n’est pas à ceux qui l’utilisent quotidiennement, furieux AdminSys Senior qui hantent les Internets que je vais faire l’article, ni même aux dev de tous poils (soyeux et alimentés à la pizza bon marché) non, c’est à cette élite de mes lecteurs néophytes, les utilisateurs de base, les pré-technophiles que je vais m’adresser.

Enfin non, en fait, parce que pour leur parler de Git, il faudrait que je l’utilise, que je l’exploite, que je passe mes journées, mes soirées, mes nuits, ma vie sur les dépôts parce que simplement je ne code pas, pas même un petit script en bash shell, alors qu’en bon AdminSys je devrais en faire à tour de bras, après tout, “si tu as une tâche répétitive à faire, scripte la, tu te feras nettement moins chier…” mais bon…

Donc voilà, dernière semaine de cette Formation qui ne dit pas son Nom, derniers jours à côtoyer des personnes intéressantes, riches humainement (sauf certains mais nul n’est parfait et moi le moins), dernières heures à partager l’ennui, le doute, l’incompréhension du fiasco de cette fumisterie que vous avez suivi, semaine après semaine, ou pour certain·es tout d’un coup (les pauvres, désolé)…

Seize semaines à devoir ne pas comprendre comment une entreprise spécialisée dans la formation professionnelle, avec un chiffre d’affaire de 42 Millions d’€ en 2016 parvient à faire ce genre de foutoir. Ce n’est pas comme si elle n’avait pas reçu des subventions de divers organismes public (Merci Pôle Emploi de m’avoir déconseillé de déclarer que je suivais cette auto-télé-non-formation avec pour conséquence de ne pas avoir eu mes indemnités chômage réduites de moitié), quand on se dit qu’elle nous a vendu la formation à 7000€ par tête de pipe, que nous étions 33 au total (DevWeb et DevOps – pfff :D) confondu, ça fait quand même près de 231K€, tout ça pour avoir des locaux loués gracieusement à la ville de Puteaux (qui n’est pas la dernières des communes de France dans l’exercice du détournement de fonds publics), des machines rachetées en occasion pour 7000€ (PCs, écrans, deux imprimantes laser couleur, deux vidéoprojecteurs – eux aussi offerts gracieusement), avoir lancé un crowdfunding de 5000€ (atteint en mars de cette année), c’est à se demander où est allé ce fric… ben pas dans nos poches, nous avons dû apporter un micro-onde (Merci C. WebDev) une cafetière familiale (certainement achetée une poignée d’euros) pour pouvoir avoir un repas chaud si nous ramenions de quoi nous nourrir et du café (carburant indispensable à tout informaticien qui se respecte – même si le thé reste un bon palliatif).

Seize semaines à faire notre connaissance, découvrir des disparités de niveaux telles qu’un tiers seulement des 13 “DevOps” sont aptes à occuper le poste d’AdminSys GNU/Linux qui nous a été vendu, sans parler de notre incapacité patente de pouvoir obtenir le LPIC-101 (qui ne nous permet que de pouvoir passer le 102 dans les 4 mois suivants afin d’être certifiés) but avoué des “organisateurs”, oui entre guillemets toujours, parce que pour avoir eu 5 intervenants prévenus la semaine précédentes de leur participation à ce bordel-sans-nom, qui devaient découvrir le matin même que le cours qu’ils devaient donner était vide de sens, que les exercices étaient difficilement réalisables, que les TDs eux, ne l’étaient pas du tout, sans qu’ils soient même AdminSys ou Certifiés (alors que l’entreprise “organisatrice” est celle qui fait passer la certification LPIC) c’est à se demander si la volonté de foutage de gueule n’était pas réel dès le départ…

Mais attention, attention car cette entreprise est une citadelle, celle d’une famille, les Z. dont Papa, Maman et Frangin sont les seuls autorités capables de s’exprimer sur le fonctionnement de leur “Grand Œuvre”, seuls à pouvoir siffler leurs employés (je dirais plutôt esclave ayant vu le contenu d’un contrat de travail, où seuls pipi et caca ne sont pas propriété de l’entreprise), seuls à pouvoir décidé si ce qui est à faire mérite de l’être et surtout seuls à décider s’il convient d’y mettre le moindre € alors qu’ils perçoivent monceaux en financement public (Ah la Grande École du Numérique…).

Ainsi ce billet, légèrement anticipant la fin, et regroupant comme vous vous doutez certainement le billet hebdomadaire et le Bilan de fin de Formation qui ne dit pas son Nom sera le Glas sonnant la mort de ceux qui affronteront la prochaine sessions (que les dieux de l’informatique, RMS et Linus soient avec eux).

Ainsi donc nous voilà parvenus à la fin d’une aventure, et je voudrais vous remercier de m’avoir lu, d’avoir donné corps à mes mots, d’avoir supporté mes maux également, car pour moi ce fut une traversé dont je me relève difficilement (ceux qui me connaissent savent de quoi il retourne, pour les autres, mes billets États d’âme parlent d’eux-même), et particulièrement F. mon camarade, et j’espère mon ami, grâce à qui j’ai pu avoir le courage de monter ce blog, et le serveur qui l’abrite (oui j’ai dit l’abrite… 😀 )…

Voilà, une page se tourne et c’est le cœur plein d’émotion que mes doigts caressent les touches de mon clavier, espérant que mon expérience saura éveiller en vous curiosité et ténacité, curiosité dans la suspicion que l’on peut avoir à s’engager dans ce genre d’entreprise, la ténacité pour parvenir à sa fin.

Je vous remercie une nouvelle fois et vous invite ouvertement, grandement, avec la plus grande affection à commenter ce que vous lisez et si des questions vous viennent sachez que je serai toujours là (jusqu’à mon dernier souffle) pour y répondre…

Je vous aime, car sans vous tout ceci n’aurait pas existé, mais sans moi vous n’auriez pas autant rigolé…

Que le Manchot Nain soit votre guide…

Un Étranger Parmi Ses Semblables

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *