Une Formation qui ne dit pas son Nom : Épisode XIII

Salut toutes et tous !

Pour cette semaine nous allons entrer dans une phase délicate, un sujet sensible, la Virtualisation (un peu comme cette auto-télé-non-formation)

Nous avons donc au programme KVM et XEN, enfin surtout KVM parce que bien que l’intitulé du cours indique un document pour chacun de ces outils celui sur XEN est au abonnés absents (comme l’intervenant de la semaine).

Alors je ne vous dis pas la rigolade en voulant installer KVM, le faire fonctionner, et pouvoir s’en servir en utilisant le cours… Raté ! Tellement mal foutu que le contenu n’aide en rien à la mise en oeuvre de l’outil, pourtant réputé, sur nos postes client. Et ce n’est pas le fait d’avoir tenté de trouver des infos sur le net, car les tutos sur KVM (oui nous sommes obligés d’aller glaner sur “les Internets” des sources fiables tant celles qu’on nous fournit sont un bullshit intersidéral à la hauteur des procès contre l’entreprise en charge de “l’organisation” de cette “formation”)

Ainsi donc après quelques heures perdues à installer et configurer une VM correctement nous tentons de nous lancer dans les TDs, et là, je vous le donne en mille, vous qui lisez mes billets ne serez pas étonnés d’apprendre que, ben non, les TDs ne sont pas réalisables ben oui, on nous demande d’utiliser la technologie CEPH pour les réaliser… euh ‘scusez moi m’sieur’dame, mais c’est une tech cluster il me semble, et grâce aux compétences communiquées dans cette “formation” il est évident que non seulement nous pouvons comprendre de ce dont il est question mais qui plus est maîtriser suffisamment le bouzin pour en monter une infrastructure sur nos postes clients… oui oui oui… J’hésite entre peine, colère, frustration, ou un mélange des trois…

Bref vous vous doutez bien qu’aucun d’entre nous n’a pu mener à bien les TDs quand bien même il était parvenu à configurer correctement son KVM…

Encore trois semaines de torture mentale et nous pourrons enfin tourner la page de cette sombre fumisterie qui s’apparente plus à du détournement de fonds publics (ben oui Pôle Emploi, les Missions Locales et autres organismes publics – coucou la Grand École du Numérique – ont financé à hauteur de plusieurs centaines de milliers d’euro cette tartuferie), pour une entreprise qui organise des formations professionnelles à des tarifs indécents, dont la direction se targue d’être proche d’Emmanuel Ier c’est vraiment, mais vraiment un scandale, une escroquerie, voire un crime…

La semaine prochaine, accrochez-vous, ce seront les Infrastructures Cloud qui seront à l’honneur…

Tschüss !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *